En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Saône et Loire - Département

Visiter

Imprimer la page
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager cette page

Expositions temporaires

AU pays des arts singuliers

Du 5 mai au 30 septembre 2018, au château de Pierre-de-Bresse

OEuvres singulières, hors normes, étonnantes, différentes, curieuses : c'est ce que donne à admirer cette exposition !

Des univers peu habituels et parfois étranges s'offrent aux yeux des visiteurs : les installations en bois d'Alan Mantle, les sculptures de métal et bois de Jean Roucoule, les créations d'osier et de tissu de Laurence Malval, les oeuvres des résidents du foyer pour adultes de Simard, les tableaux de Ruedi Peduzzi, les trésors d'art récup' et les collections d'Aïdi Stuppi-Zaugg et les toiles naïves de Maïté vous invitent dans un monde où détournement d'objets et sensibilité exacerbée sont au centre de la création.

 

 

 

Mino Montanari

du 7 avril au 30 septembre 2018, AU château départemental de Pierre-de-Bresse et musée des Beaux-arts de Louhans-Châteaurenaud

Styliste-modéliste et artiste-peintre, Mino Montanari, qui possède la double nationalité française et italienne, est ainsi le sujet d’une grande rétrospective, tout aussi bien au siège de l’Ecomusée à Pierre-de-Bresse qu’au musée des Beaux-arts de Louhans, d’avril à septembre, qu’à Cavriago et Reggio-Emilia qui célébreront ses origines italiennes à partir d’octobre. 

Un beau partenariat franco-italien autour d’une œuvre nourrie d’un ensemble d’influences qui ouvre la voie à d’autres unions et jumelages où la douceur de vivre n’aurait d’égale que le partage de nos nourritures artistiques et gastronomiques.

 


 

Au commencement était le coffre

Du 19 mai au 30 septembre 2018, à la ferme du champ bressan à Romenay

Depuis le Moyen-âge, la caisse et le coffre sont liés, bien sûr au rangement, souvent pêle-mêle de toutes les richesses, mais aussi au nomadisme. Objet de conservation, de transport, de rapine, la caisse devenue coffre, devient coffre-fort lorsque la perception des espèces sonnantes et trébuchantes va se mettre de la partie, puis deviendra plus tard bahut.

Le coffre accompagne sans doute toujours une grande partie des actes de notre existence, que l’on soit honnête, ménagère, commerçant appliqué, trésorier, ou secrétaire dévouée, as du portable informatique, voyageur invétéré, banquier consciencieux, percepteur pointilleux, militaire en campagne (ou pas), gardien de prison, de cimetière, de musée, flic ou voyou, il n’est jamais très loin pour vous rappeler le sérieux de notre fonction à l’aléatoire de notre existence.

La variété des usages du coffre a donné lieu à toutes sortes de formes, de matériaux et de décors ; et c’est ce que vous propose de découvrir cette exposition issue de de trente ans de collecte effectués à l’Ecomusée de la Bresse bourguignonne.

 

 

 

imagededroite