En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Saône et Loire - Département

Visiter

Imprimer la page
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager cette page

Expositions temporaires

sous les graviers notre histoire

Du 21 octobre 2017 au 2 avril 2018, au château de Pierre-de-Bresse

L’exposition présente les découvertes réalisées en 2014 lors des fouilles menées par l’Inrap dans le cadre de l’extension d’une carrière par l’entreprise C2B à Pierre-de-Bresse et Lays-sur-le-Doubs. Associées aux données anciennes et aux fouilles menées en Bresse depuis les années 1990, ces recherches permettent de dessiner l’évolution de cette partie de la plaine du Doubs qui s’étendait auparavant plus au Sud. Les archéologues  ont mis au jour les traces d’une occupation humaine allant de l’âge du Bronze (2 000 ans avant notre ère) à la fin de l’Antiquité (IVe siècle de notre ère).

A travers cette exposition, l’Inrap et l’Ecomusée de la Bresse bourguignonne invitent le public à approcher d’un peu plus près les étapes d’une fouille archéologique préventive, les ficelles du chantier et la richesse du passé de Pierre-de-Bresse.

Animations, rencontres...

Exposition adaptée aux enfants. 

 

 

 

Mino Montanari

du 7 avril au 30 septembre 2018, AU château départemental de Pierre-de-Bresse et musée des Beaux-arts de Louhans-Châteaurenaud

Styliste-modéliste et artiste-peintre, Mino Montanari, qui possède la double nationalité française et italienne, est ainsi le sujet d’une grande rétrospective, tout aussi bien au siège de l’Ecomusée à Pierre-de-Bresse qu’au musée des Beaux-arts de Louhans, d’avril à septembre, qu’à Cavriago et Reggio-Emilia qui célébreront ses origines italiennes à partir d’octobre. 

Un beau partenariat franco-italien autour d’une œuvre nourrie d’un ensemble d’influences qui ouvre la voie à d’autres unions et jumelages où la douceur de vivre n’aurait d’égale que le partage de nos nourritures artistiques et gastronomiques.

 

 

 

 

imagededroite